Skip to content

Le cododo et nous

Allez, aujourd’hui on aborde (encore) un sujet à polémique : Dormir avec son bébé. J’ai pris l’habitude, depuis la naissance d’Alice de « sortir du rang », et la question du sommeil n’échappe pas à la règle.

Comme la plupart des gens, nous avions acheté un berceau à barreaux classique (Celui de chez Stokke, évolutif et très joli, une super occas’ en seconde main). Rentrés à la maison, nous y avons donc déposé le bébé endormi… Qui se réveille aussitôt. Une fois dans mes bras, la voilà calmée et rendormie. Alors je la repose dans son joli berceau… Et je suis sûre que vous imaginez la suite. Pendant de nombreux mois, la sieste sera dans les bras, la poussette ou la voiture… Ou ne sera pas. Mais la nuit alors ? Optimistes, nous la posons à nouveau dans son lit. Parfois, elle y dort, mais en faisant des bruits de phacochère qui feraient trembler les murs. Dès que je la prends près de moi, elle s’apaise et dort sans bruit. Étrange. Je remarque aussi que me lever plusieurs fois par nuit pour allaiter Kiniss’ est fatiguant. Régulièrement, elle ne se rendormait pas quand je la reposais après la tétée, alors elle finissait la nuit sur moi…

Un jour, à bout de forces, on a été chez le Suédois, on a acheté le lit pour bébé le moins cher, et El Papa a scié un côté. On l’a installé à côté de notre lit et… Magie. Quand Alice voulait téter, elle se tournait vers moi, je lui donnais le sein couchée sur le côté, et quand elle était repue, elle se retournait à nouveau. On a continué comme ça jusqu’à la fin de l’allaitement, c’est à dire environ 16 mois. Si au départ c’était une décision de facilité pour me préserver, je suis maintenant convaincue que c’est la meilleure solution… Pour la majorité des bébés, allaités ou pas.

La stratégie de la peur
Comme pour pas mal de sujets, les médias anti-quelque-chose sortent un argument massue : des chiffres effrayants. Je lis par exemple sur le site « famili.fr » que « 22% des cas de mort subite sont survenus lorsque le bébé dormait avec les parents ». Donc 78% quand il dormait seul, c’est ça ? Ils enchaînent avec « 50% des MSN surviennent lorsque le bébé se trouve dans le lit de ses parents. ». Donc exactement la même proportion que quand il est dans son berceau. Sur certains sites on lit que la MSN est multipliée par 10 en cas de cododo, d’autres disent pas 5. On fait dire ce qu’on a envie aux chiffres, visiblement… J’ai depuis longtemps décidé de prendre mes renseignements sur un max de sources puis de me faire un avis et d’écouter mon bon sens.

Sauf qu’en me renseignant j’ai aussi trouvé d’autres choses : La maman qui entend à ses côtés son bébé respirer s’apercevra d’un changement et pourra réagir plus facilement en cas de problème respiratoire ou étouffement. Un nourrisson dont les parents sont juste à côté aura tendance à se rendormir plus facilement entre deux cycles que si il est seul et sans repères. Il y a même des études qui mettent en avant le fait qu’un bébé calque sa respiration sur celle de sa mère, les risques qu’il « oublie » de respirer sont donc augmentés quand il est seul et sans « modèle ».

Un cododo sécuritaire
Il y a une différence entre placer un nourrisson au milieu du lit entre ses parents et pratiquer le cododo avec un berceau accolé au lit. C’est cette seconde méthode que je recommande, chacun a son espace, le bébé est en gigoteuse donc pas de danger avec la couverture des parents… Dois-je préciser qu’on ne dort pas avec son bébé quand est en état d’ébriété ou sous l’influence de drogues/somnifères ? Un bébé n’a pas non plus besoin d’une tonnes de peluches et d’oreillers, un doudou suffit, si il aime ça. Dans ces conditions là, je ne vois pas en quoi le risque pourrait-être plus grand qu’ailleurs…

Une question culturelle
En Asie, tous les bébés dorment dans la chambre de leurs parents, c’est une pratique normale et ils ne comprennent pas pourquoi en occident la norme est d’isoler le nouveau-né dans une pièce séparée. Après neuf mois au chaud dans le ventre de la maman, pourquoi priver dès sa naissance le tout petit de la proximité de ses parents ? On parle de lit conjugal, moi je trouve ça très réducteur. Je ne limite pas ma relation amoureuse et ma vie sexuelle à mon lit, et j’en suis bien contente. Certains enfants dorment d’un très bon sommeil et ne vivent pas mal le fait d’être dans une pièce séparée, et c’est tant mieux. Mais de nombreux autres ont encore besoin pendant plusieurs mois de la présence rassurante des parents, et s’en voient privés par tradition… Il y a une expression qui parle du « quatrième trimestre de grossesse », ce sont les trois premiers mois après la naissance, et c’est assez parlant.

Il ne dormira jamais seul !
Bien-sûr, il est très fréquent de voir des ado de 15 ans dormir avec leurs parents. Ou pas. Dans la majorité des cas, l’enfant demande spontanément à rejoindre son propre lit quand il est prêt, souvent vers 2 ans, parfois avant. Dans notre cas, Alice a dormi dans sa chambre vers 16 mois, une fois l’allaitement terminé, quand elle n’a plus eu besoin de boire la nuit. La transition s’est faite en douceur, et elle nous rejoint à présent le matin après une belle nuit complète depuis des mois… Nous ne sommes pas un cas isolé, c’est le schéma le plus courant. Tout le monde y a trouvé son compte : Elle a eu sa dose de présence et de tétées quand elle en avait besoin, j’ai eu un meilleur sommeil, et nous avons retrouvé un rythme classique ensuite.

Je ne juge pas à travers ces lignes ceux qui estiment qu’il est hors de question que bébé partage leur lit. Mais j’espère avoir pu éclairer quelques dubitatifs, et pousser à la réflexion certain(e)s qui comme moi, n’étaient pas au courant de tout ça…

cododo

Source image: howtobeadad.com, Alice nous rejoint maintenant parfois la nuit après un cauchemar et on connaît bien la position « H is for Hell »…

7 Comments

  1. Oui! il y a plusieurs façons de cododoter, et j’avais aussi opté pour cette place à côté de moi et non au milieu du lit. Aujourd’hui, mes enfants ont 11, 12, et 14 ans et ils dorment chacun dans leur chambre! 😉
    A la poubelle, l’argument: « Il ne dormira jamais seul! ». Ils finissent toujours par préférer leur lit….. quand ils sont prêts!

    • mamaaan mamaaan

      Amen ! 😀

  2. Nous il a dormit dans notre chambre ( dans son lit à barreaux collé à notre lit ) jusqu’à ses 9 mois. C’était surtout un besoin de ma part ( je n’ai pas allaité au sein ) : besoin de vérifier sa respiration, plus pratique pour le rassurer, etc. Et la transition s’est faîte en douceur et c’est très bien passé!

    Je crois que dans la maternité, le plus important c’est de s’écouter soi et fairevce que l’on a envie sans avoir peur du jugement des autres, sans écouter ceux et celles qui détiennent la grande vérité!!

    • mamaaan mamaaan

      Et je suis tout à fait d’accord avec toi ! Ce qui est dommage c’est que quand on a pas trop confiance en soi (et c’est souvent le cas avec un premier bébé) on a tendance à faire tête sa petite voix à l’intérieur et à se plier aux conseils pas toujours adaptés :(

  3. Et il existe aussi, comme Fripouille, des enfants qui à 2 ans et 7 mois n’arrivent plus à quitter le lit des parents! Est ce qu’on a raté le coche?

    • mamaaan mamaaan

      Je ne crois pas! Déjà on parle de maturité de sommeil chez l’enfant seulement à partir de 3 ans, donc je ne m’inquiéterais pas. Après peut-être lui donner envie de dormir dans son lit ? Une nouvelle parure de lit/un nouveau lit/une jolie veilleuse ? Il répond quoi quand vous lui proposez de dormir dans son lit à lui ? Je sais que parfois la transition peut aussi se faire via son lit dans votre chambre, avant de passer à son lit dans sa chambre :)

  4. Bonjour,
    Mon commentaire n’a rien à voir avec le cododo ( Bien que mon dernier de 19 mois dorme encore près de moi), mais juste pour te dire que je t’avais nominée au Liebster award, alors si tu as le temps, je serais heureuse de te lire :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *